Joséphin Bastière

🇫🇷 🇬🇧 🇪🇸

0

Shopping Cart

0
No products in the cart.

L'art HyperBrut
- Carte des cartes -

Dans mes péripéties avec l’art HyperBrut, au milieu de l’année 2016, en essayant de trier des dessins, peintures, écrits, j’ai découvert la Carte des cartes :

Je lui ai donné le nom de Carte des cartes car cette chose a pour vocation de cartographier tout ce qui est cartographiable, ou dit autrement, représenter tout ce qui est représentable, concevoir tout ce qui est concevable. Au début, cette carte me servait à trier mes dessins, et elle ressemblait à cela  :

Puis j’ai compris petit à petit que cette carte elle n’est pas plate mais sphérique, une sphère de dimension infinie :

Et que nous ne pouvons la voir que de façon partielle.

Cette carte est composée d’un fond inconcevable, dans lequel il y a ce qui est inconcevable, inimaginable, irreprésentable, puis au centre se trouve le champ du concevable, de l’imaginable, du représentable. La première chose qui apparaît au centre de cette carte est un point :

La couche suivante se constitue d’une ligne ( série de points alignés dans une direction ), puis de deux lignes ( deux séries de points alignés chacune dans deux directions distinctes ), et trois lignes ( trois séries de points alignés chacune dans trois directions distinctes ), ce qui va correspondre respectivement aux mondes du trait, du plan et du volume :

Et ce qui va apparaître dans la couche suivante, tout cela va dépendre de ces mondes du trait, plan et volume. Comme par exemple l’art rupestre, premières traces de représentations faites par l’humain, cet art va dépendre de traits dans des plans sur des volumes :

Un autre exemple serait celui de la symphonie numéro 40 de W.A. Mozart. Admettons que la meilleure représentation de cette symphonie, cela soit la partition elle-même. Alors dans ce cas, cette partition se trouve être un fragment de la Carte des cartes, fragment composé de pictogrammes, lettres, chiffres, sculptés sur un volume qui serait les feuilles de papier constituant la partition. Admettons maintenant que la meilleure représentation de cette symphonie, c’est lorsque l’orchestre untel a joué à tel moment. Alors dans ce cas, cette représentation se trouve être un fragment de la Carte des cartes, fragment composé d’un mélange de performances, ayant eu lieu dans un bâtiment architecturé de telle et telle façon pour accueillir l’orchestre qui va sculpter l’air. Admettons maintenant que la meilleure représentation de cette symphonie, c’est l’idée même que se faisait Mozart de cette oeuvre. Alors dans ce cas, cette représentation est dans la performance qu’est la sculpture vivante de Mozart lui-même, faisant de Mozart un fragment de la Carte des cartes.

Dans chaque cas, c’est comme si nous faisions un zoom sur la Carte des cartes. Dans la cas de la partition cela paraît presque être plat, en deux dimensions, puis dans le cas de de l’orchestre ou de Mozart cela fait intervenir plus de volume. Mais la ligne, le plan, et le volume sont tous les trois présents dans les représentations de la symphonie numéro 40. Et finalement, n’est-ce pas l’ensemble de ces représentations qui nous permettent d’avoir une idée plus précise de cette symphonie ?

Je peux prendre un autre exemple. Quelle serait la meilleure représentation d’une chaise ? Serait-ce le dessin d’une chaise quelconque ? Ou alors le dessin de votre chaise préférée ? Ou bien cela serait-ce l’ensemble de tous les dessins de chaises qui ont pu être faits ? Ou cela ne serait-il pas le volume qu’est la chaise en elle-même ? Ou peut-être que la meilleure représentation serait celle que chacun nous pouvons nous faire d’une chaise.

Un exemple que j’ai vécu lorsque je découvrais cette carte, c’est l’exemple de mon école. Je me demandais quelle était la meilleure représentation de mon école quand j’étais petit. Je trouvais pour réponse que l’ensemble des plans d’immeuble à chaque étage, pouvait donné une bonne représentation de l’école. Je me rendais compte qu’une autre bonne représentation de l’école était la sculpture qu’était l’ école. D’autres bonnes représentations de l’école auraient été des photographies au cours du temps, ou alors le dessin de l’architecte avant de réaliser l’école, ou bien la représentation que se faisait la personne qui avait commandé la construction de ce bâtiment. Ou une autre représentation de l’école aurait pu être un roman qui aurait narré l’histoire de ce bâtiment. Etc.

Ainsi toutes les représentations de carte du monde ou n’importe quelle autre représentation que vous avez pu croiser dans votre vie, se trouvent dans cette Carte de cartes et cette carte du monde ou autre représentation, serait une section précise dans la Carte des cartes entre volume, plan, et ligne.

Petite remarque pour dire qu’il arrive régulièrement de voir apparaître des choses inconcevables dans le champ du concevable, d’où le sens des axes.

A présent, pour bien saisir à quoi ressemble ce point au centre de cette Carte des cartes, je vous propose deux exemples. Sur l’image ci-dessous, je vous ai dessiné un point noir sur un fond blanc :

 

C’est-à-dire que j’ai vraiment voulu dessiner un point noir sur un fond blanc, mais comme le point n’a pas d’épaisseur, j’ai tellement voulu bien faire qu’au final je n’ai pas posé mon stylo sur la feuille.

Maintenant, sur l’image ci-dessous, je vous ai dessiné un point blanc sur un fond noir :

C’est-à-dire que j’ai vraiment voulu dessiner un point blanc sur un fond noir, mais dès que j’ai voulu le dessiner, le support que j’utilisais pour le dessiner, ce support s’était déjà trouvé englobé par le point blanc.
 
Ces deux exemples pris ensemble donnent un aperçu de ce qu’est ce point au centre de la Carte des cartes, et permettent de comprendre que ce point englobe ce qui est au dessus du volume, et en dessous du plan, de la ligne, voir même du point.
 

Et bien entendu, il est possible d’ajouter à ces deux exemples leur âme soeur, c’est-à-dire point blanc sur fond noir, et point noir sur fond blanc :

Voilà, vous voici avec une description de la Carte des cartes. Je vous ai décrit cela en dépit des autres bizarreries que j’ai pu rencontrer dans l’art HyperBrut et l’HyperBrutalisme, car cette Carte des cartes permet d’avoir une vue d’ensemble de tous les GestesBrut et parce que c’est avec elle et son point au centre que j’ai pu découvrir Univers 0.